Beaucoup plus large et varié qu’il ne paraît, le test s’impose à toute l’équipe de développement et au QA afin de mesurer la qualité logicielle et sa pertinence pour les cibles. À la quête d’évaluation objective et avancée, de nombreux développeurs de l’industrie du logiciel se tournent davantage vers des entreprises tierces spécialisées. Vous voulez découvrir les types de tests logiciels à exécuter pour réussir vos projets IT ? All4Test vous apporte ici des réponses et la démonstration d’une expertise de niveau supérieur dans la réalisation de cette étape.

Le test logiciel est un métier à part entière différent de celui des développeurs. Un programme qui fonctionne parfaitement et qui s’adapte aux besoins évolutifs des utilisateurs découle généralement d’un codage intelligent et de tests exécutés dans un contexte prédéfini à travers une méthode. Par conséquence, l’étape du test qui facilite la validation de la fiabilité d’un algorithme converge en elle différents leviers et comporte de nombreux enjeux.

Demandez votre audit gratuit

Le test : quel intérêt pour votre projet IT ?

Et pour cause, le test favorise la détection de tous les bugs pour assurer la qualité de l’application. Il permet de rationaliser les coûts de développement du logiciel grâce à la maîtrise et à la correction en amont des défauts fonctionnels. Le test garantit également l’acceptabilité du programme à la livraison et réduit la dette technique. L’une des meilleures décisions, l’un des meilleurs pivots dans la stratégie pour atteindre tous ces objectifs consiste, et la démonstration sera faite, consiste donc à externaliser le test.

En règle générale, on distingue les tests par niveaux et les tests par nature. Chez All4Test, nous nous basons sur les types de tests reconnus par le Comité français des tests logiciels (CFTL) et qui garantissent le succès de vos projets IT. Ainsi, nous vous aidons à réaliser de meilleurs audits et une harmonisation avec les standards au niveau national. L’expérience cumulée est désormais considérable et à pesée au fur et à mesure de son accroissement sur la balance de l’expertise, All4Test maîtrise son métier, le partage continuellement avec ses clients et collaborateurs.

On distingue de façon classique quatre niveaux de tests

On parle de niveaux de test par rapport à la pyramide des tests suivante. Lorsque l’on souhaite automatiser des tests il faut toujours commencer par le bas de la pyramide car ces tests sont plus rapides à mettre en place et donc moins coûteux.

Différents Test Logiciel

Les tests unitaires

Initiés par le développeur lui-même dans l’optique est de vérifier son code au niveau du composant qu’il doit réaliser. Ces tests doivent être automatisés rapidement pour permettre de valider la non régression du fonctionnement du composant lors des multiples livraisons des différentes version du logiciel, surtout en process agile.

Les tests d’intégration

Exécutés par un testeur à l’interne ou externalisés auprès d’une TRA. En interne ou externalisé, peut importe l’objectif à atteindre est le même, l’intervention de ce professionnel permet de s’assurer que plusieurs composantes de votre logiciel interagissent conformément aux cahiers des charges et délivrent les résultats attendus.

Les tests systèmes

À ce niveau, on exécute plusieurs scénarii complets qui constituent les cas d’utilisation du logiciel. Dans le jargon informatique, on le qualifie de test de type boîte noire et ils permettent de s’assurer de la fonctionnalité globale du logiciel et de son comportement sur les terminaux d’utilisation. Pour aboutir à des reportings objectifs pour ce type de test, l’équipe qui en a la charge doit se distinguer et assurer une totale indépendance vis à vis des équipes de développement.

Les tests d’acceptation

il s’agit ici de valider l’adéquation du logiciel aux spécifications du client. En fait, toute solution informatique est motivée par un besoin au niveau des utilisateurs. Alors, sur la base d’un cahier des charges arrêté et établi en amont avec le client, ce test rassure sur la conformité du logiciel aux critères d’acceptation et aux besoins des cibles. Ils sont donc généralement réalisé par le client final ou les utilisateurs, ont peut aussi appeler cela la “recette” du logiciel.

Exécutez vos tests selon leur nature

Les tests peuvent être classés également en famille de tests suivant leur nature. Les deux familles principales sont les tests fonctionnels et les tests non fonctionnels.

Les tests fonctionnels

L’analyste utilise, déroule les fonctionnalités du logiciel, il est le premier utilisateur, il veille ici à scruter les différentes actions du système. Autrement dit, il observe le comportement du logiciel vis-à-vis des fonctionnalités souhaitées et attendues par le client (c’est à dire ici le propriétaire du logiciel ou le Product Owner). Le testeur compare chacune des fonctionnalités de la plateforme avec les spécifications indiquées dans le cahier des charges. C’est sous cette catégorie que se classent les différents niveaux de test.

Parmis les tests non fonctionnels nous pouvons citer :

Les tests de robustesse

Ils ouvrent le bal des tests non fonctionnels. Ici, on soumet votre logiciel à une forte activité, ceci pour vérifier qu’elle peut fonctionner de façon optimale sous pression, ce test permet également d’en découvrir les limites, ces paramètres sont des données importantes pour l’utilisation et la vie future du logiciel. Les exécutables sont répétés à toutes les étapes des tests du logiciel, ils confirment son aptitude à être disponible et performant même si un grand nombre d’utilisateurs y accèdent simultanément.
Ces tests intègrent une longue liste de critères qui ne sont pas forcément liés à la fonction initiale du logiciel. Mais il est important de prévoir le comportement du logiciel dans ces cas “extrêmes” pour anticiper et garantir en amont une expérience utilisateur au pire acceptable et au mieux très positive.

Les tests de performance

Souvent menés en fin de projet, ils se fondent notamment sur les indicateurs comme la consommation CPU, la progression du codage sur l’exploitation de la mémoire vive, le volume de commandes lancées à la seconde ou encore le mouvement d’entrée et de sortie des utilisateurs sur le logiciel. Ce sont ces paramètres qui définissent la position du logiciel sur un classement comparatif avec ses concurrents.

Les tests de montée en charge

Une fois développée, votre solution numérique a vocation à accueillir de plus en plus d’utilisateurs. Alors le test de montée en charge permet d’évaluer sa capacité à supporter de plus en plus d’usagers tout en maintenant une expérience utilisateurs optimale et un fonctionnement correspondant aux cahier des charges. Le nombre de ces derniers n’est pas défini de manière précise, ce chiffre est d’autant plus difficile à prévoir si le logiciel est accessible de manière libre, via le Cloud. Toutefois, le nombre maximal d’utilisateurs aura pour limite la taille du marché globale visée…

Les tests de compatibilité de plateforme

Ces tests interviennent généralement pour vérifier le bon fonctionnement du logiciel sur des terminaux ciblés notamment les systèmes d’exploitation après leur installation. Vous devez le réserver aux testeurs avancés afin que ceux-ci valident l’éligibilité de votre logiciel par rapport à des plateformes de destination. Ainsi, par exemple il sera possible ici de définir les critères pour savoir si la solution peut être exécutée sans droits d’administration ou encore s’il est possible de la désinstaller en toute sécurité.

Les tests d’ergonomie

Le but ici est presque émotionnel, tenter de palper au plus juste quel sera le sentiment de l’utilisateur à travers l’interface du logiciel : on parle alors d’expérience utilisateur ou UX en anglais. Seront testés ici les caractères externes, tels que le design, voir si les propositions des commandes sont intuitives, il faudra ici toucher à des paramètres subjectifs tels que l’esthétique. Bien qu’ils soient peu courants, ces tests valent toutefois leur pesant d’or. En d’autres termes, ils peuvent se révéler comme un facteur déterminant de qualité visuelle et de l’expérience utilisateur. C’est pourquoi il convient d’associer à cette étape les utilisateurs finaux et/ou des ergonomes ou UX designers lors de la phase de conception notamment.

Les tests d’interface graphique

À travers ce test, l’équipe s’assure que la présentation graphique est suffisamment attrayante pour être accepté d’abord par le Product Owner puis par les cibles. À cet effet, on pourra recourir aux outils d’automatisation des tests. Il en existe une variété et All4test maîtrise les meilleurs d’entre eux pour assurer des travaux de qualité dans un contexte agile.

Les tests de sécurité

La sécurité devient un enjeux important pour les entreprises, il faut donc intégrer la sécurité comme une exigence non fonctionnelle dans les spécifications, définir les niveaux de sécurité et prévoir les tests de sécurité associés. En conclusion, ces différents types de tests de logiciel sont déterminants pour réussir des projets IT à succès. Il ne faut pas les concevoir et les réaliser à la fin du développement du logiciel, mais au fur et à mesure de la conception du logiciel. C’est la manière la plus avisée d’alléger votre dette technique future, de gagner du temps précieux et de l’énergie. L’organisation de ces tests ce fait dans un document appelé “stratégie de test”.

Vous aimeriez être accompagné pour mettre en place cette stratégie de test sur votre projet ? Contactez-nous, en tant que pure player du Test logiciel, All4test vous fera gagner un temps précieux.

S’inscrire à la formation